Posted: Updated:

Titulaire d’un Master 1 en droit privé et d’un Master 2 en droit des affaires et management, Tracy Pierre-Marie a travaillé deux ans dans un cabinet d’avocats et un an en alternance dans une entreprise d’assurance, avant de rejoindre le groupe GazelEnergie en novembre 2017. Elle nous explique ses missions en tant que juriste en droit des affaires.

Quelle est votre mission au sein de GazelEnergie France ?

Ma mission est d’apporter des réponses juridiques aux questions que se posent les opérationnels et tout particulièrement les commerciaux. Concrètement, il s’agit de trouver avec eux des solutions pour qu’ils puissent faire du business en évitant les risques juridiques. Cela peut rapidement s’avérer complexe, et je dois veiller à ne surtout pas m’enfermer dans une vision juridico-juridique. Au contraire, je dois toujours me mettre à leur place et me demander s’ils vont pouvoir mettre en œuvre mes préconisations.

Sur quels sujets intervenez-vous ?

Je travaille sur cinq sujets différents : tout d’abord, j’aide les commerciaux à valider les contrats de fourniture d’énergie que nous signons avec les PME-PMI. J’interviens également sur deux types de contentieux : le contentieux commercial (il s’agit de traiter les problèmes de paiement ou les frais de résiliation liés à nos contrats de fourniture), mais aussi les contentieux propres à nos filiales dont l’activité est l’Énergie Renouvelable. Les questions abordées ici sont éloignées des enjeux énergétiques et il peut s’agir, par exemple, de résoudre des conflits en lien avec les baux emphytéotiques des parcs éoliens et solaires, ou des droits d’accès à des terrains.

Et vos deux derniers domaines d’intervention ?

Je travaille sur le sujet émergeant de la compliance. Je dois m’assurer que nous respectons bien les règles de prévention des conflits d’intérêts ou que nous mettons en œuvre des pare-feu efficaces pour éviter la fraude, par exemple. J’essaie d’instaurer une « culture Compliance » jusque dans les relations avec nos clients. Enfin, je m’occupe du droit des sociétés de nos filiales ; dans ce contexte, je prépare les assemblées générales ou les formalités que nous transmettons au greffe. Autrement dit, je prends en charge le juridique corporate de ces filiales.

Avec qui travaillez-vous ?

L’équipe de juristes rassemble quatre collaborateurs. Je travaille principalement avec le service Recouvrement, la Gestion clients, les Grands comptes, la Comptabilité, mes collègues juristes et l’ensemble de la direction commerciale. Nous avançons main dans la main pour élaborer des solutions mais aussi comprendre l’historique de chaque contentieux – notre objectif étant, bien sûr, qu’il ne se reproduise pas.

Quelle est la difficulté de votre métier ?

Il faut réussir à tous parler le même langage. La parole juridique est souvent complexe, je dois donc prendre le temps de la vulgariser. Mon métier requiert, de fait, un vrai travail de pédagogie. Il nécessite aussi de la patience et de l’adaptabilité, car ce n’est pas le tout de dire à un commercial que sa proposition ne convient pas… il faut encore lui expliquer pourquoi et, surtout, lui proposer une alternative qui lui semble satisfaisante ! Je suis un support : je dois donc aller vers les opérationnels, non avec des problèmes, mais bien avec des solutions réalistes.

© AdC – Agence de Contenu
Publications similaires

Ingénieur de formation, Sylvain Boissière a complété son cursus par une spécialisation sur les...

Le parcours de Vincent Engler est atypique et enrichissant car il a su évoluer au sein de la...

Ingénieure de formation, Bénédicte Vignoboul est Business developer énergies renouvelables au sein...

Posted: Updated:

Titulaire d’un Master 1 en droit privé et d’un Master 2 en droit des affaires et management, Tracy Pierre-Marie a travaillé deux ans dans un cabinet d’avocats et un an en alternance dans une entreprise d’assurance, avant de rejoindre le groupe GazelEnergie en novembre 2017. Elle nous explique ses missions en tant que juriste en droit des affaires.

Quelle est votre mission au sein de GazelEnergie France ?

Ma mission est d’apporter des réponses juridiques aux questions que se posent les opérationnels et tout particulièrement les commerciaux. Concrètement, il s’agit de trouver avec eux des solutions pour qu’ils puissent faire du business en évitant les risques juridiques. Cela peut rapidement s’avérer complexe, et je dois veiller à ne surtout pas m’enfermer dans une vision juridico-juridique. Au contraire, je dois toujours me mettre à leur place et me demander s’ils vont pouvoir mettre en œuvre mes préconisations.

Sur quels sujets intervenez-vous ?

Je travaille sur cinq sujets différents : tout d’abord, j’aide les commerciaux à valider les contrats de fourniture d’énergie que nous signons avec les PME-PMI. J’interviens également sur deux types de contentieux : le contentieux commercial (il s’agit de traiter les problèmes de paiement ou les frais de résiliation liés à nos contrats de fourniture), mais aussi les contentieux propres à nos filiales dont l’activité est l’Énergie Renouvelable. Les questions abordées ici sont éloignées des enjeux énergétiques et il peut s’agir, par exemple, de résoudre des conflits en lien avec les baux emphytéotiques des parcs éoliens et solaires, ou des droits d’accès à des terrains.

Et vos deux derniers domaines d’intervention ?

Je travaille sur le sujet émergeant de la compliance. Je dois m’assurer que nous respectons bien les règles de prévention des conflits d’intérêts ou que nous mettons en œuvre des pare-feu efficaces pour éviter la fraude, par exemple. J’essaie d’instaurer une « culture Compliance » jusque dans les relations avec nos clients. Enfin, je m’occupe du droit des sociétés de nos filiales ; dans ce contexte, je prépare les assemblées générales ou les formalités que nous transmettons au greffe. Autrement dit, je prends en charge le juridique corporate de ces filiales.

Avec qui travaillez-vous ?

L’équipe de juristes rassemble quatre collaborateurs. Je travaille principalement avec le service Recouvrement, la Gestion clients, les Grands comptes, la Comptabilité, mes collègues juristes et l’ensemble de la direction commerciale. Nous avançons main dans la main pour élaborer des solutions mais aussi comprendre l’historique de chaque contentieux – notre objectif étant, bien sûr, qu’il ne se reproduise pas.

Quelle est la difficulté de votre métier ?

Il faut réussir à tous parler le même langage. La parole juridique est souvent complexe, je dois donc prendre le temps de la vulgariser. Mon métier requiert, de fait, un vrai travail de pédagogie. Il nécessite aussi de la patience et de l’adaptabilité, car ce n’est pas le tout de dire à un commercial que sa proposition ne convient pas… il faut encore lui expliquer pourquoi et, surtout, lui proposer une alternative qui lui semble satisfaisante ! Je suis un support : je dois donc aller vers les opérationnels, non avec des problèmes, mais bien avec des solutions réalistes.

© AdC – Agence de Contenu
Publications similaires

Ingénieur de formation, Sylvain Boissière a complété son cursus par une spécialisation sur les...

Le parcours de Vincent Engler est atypique et enrichissant car il a su évoluer au sein de la...

Ingénieure de formation, Bénédicte Vignoboul est Business developer énergies renouvelables au sein...