Posted: Updated:

Passé par la recherche et les filiales internationales du Groupe GazelEnergie, Stéphane Butté est aujourd’hui Responsable du Département Maintenance à la centrale de Provence. Un métier qui lui permet de concilier travail de bureau et présence sur le terrain, pour remplir son objectif : permettre à la production de la centrale d’être en permanence opérationnelle.

Avant de rejoindre le secteur industriel, vous êtes passé par la recherche, ce qui est peu courant : pourriez-vous revenir sur votre parcours ?

Après une école d’ingénieur (INSA de Toulouse), j’ai effectivement fait un stage de fin d’études de six mois dans le domaine de la recherche en physique des matériaux sur les cellules solaires photovoltaïques (CEA INES). Je me suis ensuite orienté vers l’industrie de l’énergie et j’ai suivi un Master 2 d’Ingénierie de l’énergie en Écosse. A l’issue de cette formation, j’ai postulé auprès de la société E.ON (devenue UNIPER) pour rejoindre le programme qu’elle proposait à l’attention des ingénieurs fraîchement diplômés. J’ai été accepté et, pendant deux ans, j’ai suivi ce programme qui m’a permis de travailler en Grande-Bretagne puis en Allemagne sur des sujets énergétiques variés.

En 2015, je suis revenu en France en tant qu’Adjoint Responsable Maintenance à la centrale de Provence et je suis à présent Responsable de ce département.

Quel est l’objectif du service Maintenance ?

Notre objectif est d’accompagner au mieux notre « client interne », à savoir les équipes de production de la centrale. Cela veut dire que nous devons comprendre leurs besoins, résoudre dans les meilleurs délais possibles les problèmes que les équipes ont identifiés, bref, faire en sorte que l’usine puisse tenir son propre objectif : produire de l’énergie.

Quelles sont vos missions à ce poste ?

Elles sont variées ! Je dois bien sûr traiter de nombreuses questions managériales puisque le département compte une cinquantaine de personnes. Avec le support de mon adjoint, nous veillons également à l’équilibre financier du département au jour le jour, mais aussi à anticiper ses besoins en budget futur. Cela suppose d’être capable de déterminer les investissements adéquates… puis ensuite d’être force de persuasion auprès du Groupe pour les faire valider.

Ma fonction m’amène également à faire différents choix techniques. Pour cela, je m’appuie sur les trois chefs de service du département et, ensemble, nous effectuons les choix technico-économiques de réparation des équipements du site. Nous élaborons également la stratégie de maintenance afin que les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ne se reproduisent plus demain. C’est là une partie très intéressante de mon métier. 

Justement, qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

Les tâches sont variées et je ne connais vraiment pas la routine ! Par ailleurs mon poste m’assure un équilibre entre travail de bureau et présence sur le terrain, ce qui me plaît beaucoup. La présence sur le terrain est importante : elle me permet de garder une vision réaliste du travail, du temps ou des difficultés auxquelles les techniciens et les entreprises prestataires seront confrontées, pour effectuer les tâches qui leur sont demandées. Enfin, la dimension managériale de mon métier constitue à la fois un challenge et un nouveau centre d’intérêt pour moi. Tout mon objectif est de répondre aux besoins de la production sans céder au stress, et en développant un esprit d’équipe impliquant chacun de mes collaborateurs.

© AdC – Agence de Contenu
Publications similaires

Ingénieur de formation, Sylvain Boissière a complété son cursus par une spécialisation sur les...

Le parcours de Vincent Engler est atypique et enrichissant car il a su évoluer au sein de la...

Ingénieure de formation, Bénédicte Vignoboul est Business developer énergies renouvelables au sein...

Posted: Updated:

Passé par la recherche et les filiales internationales du Groupe GazelEnergie, Stéphane Butté est aujourd’hui Responsable du Département Maintenance à la centrale de Provence. Un métier qui lui permet de concilier travail de bureau et présence sur le terrain, pour remplir son objectif : permettre à la production de la centrale d’être en permanence opérationnelle.

Avant de rejoindre le secteur industriel, vous êtes passé par la recherche, ce qui est peu courant : pourriez-vous revenir sur votre parcours ?

Après une école d’ingénieur (INSA de Toulouse), j’ai effectivement fait un stage de fin d’études de six mois dans le domaine de la recherche en physique des matériaux sur les cellules solaires photovoltaïques (CEA INES). Je me suis ensuite orienté vers l’industrie de l’énergie et j’ai suivi un Master 2 d’Ingénierie de l’énergie en Écosse. A l’issue de cette formation, j’ai postulé auprès de la société E.ON (devenue UNIPER) pour rejoindre le programme qu’elle proposait à l’attention des ingénieurs fraîchement diplômés. J’ai été accepté et, pendant deux ans, j’ai suivi ce programme qui m’a permis de travailler en Grande-Bretagne puis en Allemagne sur des sujets énergétiques variés.

En 2015, je suis revenu en France en tant qu’Adjoint Responsable Maintenance à la centrale de Provence et je suis à présent Responsable de ce département.

Quel est l’objectif du service Maintenance ?

Notre objectif est d’accompagner au mieux notre « client interne », à savoir les équipes de production de la centrale. Cela veut dire que nous devons comprendre leurs besoins, résoudre dans les meilleurs délais possibles les problèmes que les équipes ont identifiés, bref, faire en sorte que l’usine puisse tenir son propre objectif : produire de l’énergie.

Quelles sont vos missions à ce poste ?

Elles sont variées ! Je dois bien sûr traiter de nombreuses questions managériales puisque le département compte une cinquantaine de personnes. Avec le support de mon adjoint, nous veillons également à l’équilibre financier du département au jour le jour, mais aussi à anticiper ses besoins en budget futur. Cela suppose d’être capable de déterminer les investissements adéquates… puis ensuite d’être force de persuasion auprès du Groupe pour les faire valider.

Ma fonction m’amène également à faire différents choix techniques. Pour cela, je m’appuie sur les trois chefs de service du département et, ensemble, nous effectuons les choix technico-économiques de réparation des équipements du site. Nous élaborons également la stratégie de maintenance afin que les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ne se reproduisent plus demain. C’est là une partie très intéressante de mon métier. 

Justement, qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

Les tâches sont variées et je ne connais vraiment pas la routine ! Par ailleurs mon poste m’assure un équilibre entre travail de bureau et présence sur le terrain, ce qui me plaît beaucoup. La présence sur le terrain est importante : elle me permet de garder une vision réaliste du travail, du temps ou des difficultés auxquelles les techniciens et les entreprises prestataires seront confrontées, pour effectuer les tâches qui leur sont demandées. Enfin, la dimension managériale de mon métier constitue à la fois un challenge et un nouveau centre d’intérêt pour moi. Tout mon objectif est de répondre aux besoins de la production sans céder au stress, et en développant un esprit d’équipe impliquant chacun de mes collaborateurs.

© AdC – Agence de Contenu
Publications similaires

Ingénieur de formation, Sylvain Boissière a complété son cursus par une spécialisation sur les...

Le parcours de Vincent Engler est atypique et enrichissant car il a su évoluer au sein de la...

Ingénieure de formation, Bénédicte Vignoboul est Business developer énergies renouvelables au sein...