Posted: Updated:

ENEDIS, principal gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France, a annoncé le remplacement de l’outil de communication des données de comptage des gros consommateurs professionnels par une nouvelle technologie : le boîtier IP.

En octobre 2017, Enedis, l’a annoncé : l’entreprise souhaite déployer un nouveau système de télécommunication des compteurs, réservé aux entreprises raccordées au réseau public de distribution en haute tension A (HTA) ou en basse tension (BT>36 kVA). Ce boîtier IP (Internet Protocol) sera progressivement installé, jusqu’à fin 2020, en remplacement des modems GSM et RTC dont les réseaux doivent être mis en extinction par les opérateurs télécom.

Accès aux données : les interrogations

Enedis souligne le haut niveau de sécurité de son nouveau système d’échange de données de comptage, dont la caractéristique principale est de communiquer uniquement avec son propre système d’information.

Cependant, la restriction d’accès aux données de consommation des entreprises qui en découle soulève des questions. En effet, cette solution ne permettra ni aux consommateurs ni aux fournisseurs d’accéder directement aux donnés de comptage, comme c’est le cas avec les boîtiers existants.

Pour les fournisseurs d’énergie, cet accès aux données des clients en temps réel est indispensable à la mise en place d’actions de gestion de l’équilibrage du système électrique. L’optimisation des consommations et la stratégie de maîtrise des coûts d’achat impliquent, également, comme prérequis, le partage d’accès direct aux données du compteur.

La question du respect de la propriété des données de comptage se pose également, la solution retenue par Enedis ne permettant pas aux consommateurs d’en disposer librement.

Alors que l’installation des nouveaux boîtiers se poursuit, ces multiples interrogations dessinent en creux l’attente d’une large concertation des acteurs du secteur, qui attendent des engagements clairs en termes de délai de mise à disposition, de fiabilité de transmission et de qualité des données.

© AdC – Agence de Contenu
Publications similaires

La hausse de la part des énergies renouvelables (EnR) dans le mix énergétique français pour l’année...

Première source d’énergie renouvelable en France, le bois représente un choix pertinent pour...

Selon le Panorama de l’électricité renouvelable, les filières renouvelables (EnR) ont produit en...

Posted: Updated:

ENEDIS, principal gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France, a annoncé le remplacement de l’outil de communication des données de comptage des gros consommateurs professionnels par une nouvelle technologie : le boîtier IP.

En octobre 2017, Enedis, l’a annoncé : l’entreprise souhaite déployer un nouveau système de télécommunication des compteurs, réservé aux entreprises raccordées au réseau public de distribution en haute tension A (HTA) ou en basse tension (BT>36 kVA). Ce boîtier IP (Internet Protocol) sera progressivement installé, jusqu’à fin 2020, en remplacement des modems GSM et RTC dont les réseaux doivent être mis en extinction par les opérateurs télécom.

Accès aux données : les interrogations

Enedis souligne le haut niveau de sécurité de son nouveau système d’échange de données de comptage, dont la caractéristique principale est de communiquer uniquement avec son propre système d’information.

Cependant, la restriction d’accès aux données de consommation des entreprises qui en découle soulève des questions. En effet, cette solution ne permettra ni aux consommateurs ni aux fournisseurs d’accéder directement aux donnés de comptage, comme c’est le cas avec les boîtiers existants.

Pour les fournisseurs d’énergie, cet accès aux données des clients en temps réel est indispensable à la mise en place d’actions de gestion de l’équilibrage du système électrique. L’optimisation des consommations et la stratégie de maîtrise des coûts d’achat impliquent, également, comme prérequis, le partage d’accès direct aux données du compteur.

La question du respect de la propriété des données de comptage se pose également, la solution retenue par Enedis ne permettant pas aux consommateurs d’en disposer librement.

Alors que l’installation des nouveaux boîtiers se poursuit, ces multiples interrogations dessinent en creux l’attente d’une large concertation des acteurs du secteur, qui attendent des engagements clairs en termes de délai de mise à disposition, de fiabilité de transmission et de qualité des données.

© AdC – Agence de Contenu
Publications similaires

La hausse de la part des énergies renouvelables (EnR) dans le mix énergétique français pour l’année...

Première source d’énergie renouvelable en France, le bois représente un choix pertinent pour...

Selon le Panorama de l’électricité renouvelable, les filières renouvelables (EnR) ont produit en...