Posted: Updated:

La mobilité décarbonée arrive en force dans le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie, avec huit nouveaux programmes validés par un arrêté paru le 8 janvier dernier. Ils viennent compléter les douze programmes existant sur ce thème.

La dernière vague de programmes éligibles aux Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) fait la part belle à la mobilité durable. Huit des dix programmes (2020-2022) validés par un arrêté du ministère de la Transition écologique, publié le 8 janvier 2020, visent à encourager les transports décarbonés. L’objectif final est d’accompagner les entreprises, les territoires et citoyens dans la réduction de leur consommation d’énergie. Jusqu’à présent, la mobilité représentait 12 des 47 programmes en cours. Ce dispositif vient compléter l’autre mode d’accès aux CEE, qui porte sur des opérations dites « standardisées » d’économies d’énergie (travaux d’isolation, équipements plus respectueux de l’environnement, etc.).

Huit nouveaux programmes

Micro-mobilités (trottinettes, gyroroue…), co-voiturage, vélo, toutes les formes de mobilités alternatives sont concernées, mais les modes de transport traditionnels ne sont pas oubliés. Ainsi « Easee », porté par l’Union des Aéroports Français & Francophones Associés, vise à promouvoir et renforcer le dispositif Airport Carbon Accreditation auprès des aéroports français. « Steer », proposé par le distributeur pétrolier Dyneff, prévoit de sensibiliser 185 000 automobilistes sur les aires de repos d’autoroutes, grâce à des animations ludiques et une plateforme web.

C’est aux salariés et à leurs employeurs que s’adresse « Tous Covoitureurs ! », programme de formation et de sensibilisation porté par l’acteur de co-voiturage Klaxit. « AcoTE », proposé par CertiNergy, l’ANPP (Association Nationale des Pôles Territoriaux et des Pays) et La Roue Verte, souhaite développer 100 lignes de covoiturage en trois ans dans des zones rurales. De son côté, « Ma Cycloentreprise » s’attache à promouvoir les déplacements en vélo auprès des microentreprises. « Mobiprox », lancé par la Fédération des professionnels de la micro-mobilité et l’association Prévention routière, s’intéresse aux trottinettes et veut améliorer le comportement de leurs utilisateurs.

« Éco_Mode », mis en place par Toulouse Métropole, souhaite soutenir les modes de déplacements peu consommateurs d’énergie fossile, grâce à la création d’un compte électronique individuel pour une mobilité décarbonée. Ce programme se donne pour objectif d’éviter 72 000 déplacements quotidiens en voiture dans l’agglomération d’ici 2021, soit de baisser de 2 points la part de la voiture individuelle. « Agremob », porté par Atlantech, veut quant à lui convaincre les entreprises et habitants de La Rochelle de changer de comportement avec la création d’un agrégateur territorial pour mesurer les consommations énergétiques. Huit programmes et autant d’outils pour développer des comportements plus durables, au sein de la société.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

Annoncé début septembre 2020, le plan France Relance doit permettre de préparer la France de 2030....

La Commission européenne doit dévoiler le 14 juillet une réforme permettant de répondre aux...

A compter du 30 juin 2021, les garanties d’origine françaises pourront être exportées pour être...

Posted: Updated:

La mobilité décarbonée arrive en force dans le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie, avec huit nouveaux programmes validés par un arrêté paru le 8 janvier dernier. Ils viennent compléter les douze programmes existant sur ce thème.

La dernière vague de programmes éligibles aux Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) fait la part belle à la mobilité durable. Huit des dix programmes (2020-2022) validés par un arrêté du ministère de la Transition écologique, publié le 8 janvier 2020, visent à encourager les transports décarbonés. L’objectif final est d’accompagner les entreprises, les territoires et citoyens dans la réduction de leur consommation d’énergie. Jusqu’à présent, la mobilité représentait 12 des 47 programmes en cours. Ce dispositif vient compléter l’autre mode d’accès aux CEE, qui porte sur des opérations dites « standardisées » d’économies d’énergie (travaux d’isolation, équipements plus respectueux de l’environnement, etc.).

Huit nouveaux programmes

Micro-mobilités (trottinettes, gyroroue…), co-voiturage, vélo, toutes les formes de mobilités alternatives sont concernées, mais les modes de transport traditionnels ne sont pas oubliés. Ainsi « Easee », porté par l’Union des Aéroports Français & Francophones Associés, vise à promouvoir et renforcer le dispositif Airport Carbon Accreditation auprès des aéroports français. « Steer », proposé par le distributeur pétrolier Dyneff, prévoit de sensibiliser 185 000 automobilistes sur les aires de repos d’autoroutes, grâce à des animations ludiques et une plateforme web.

C’est aux salariés et à leurs employeurs que s’adresse « Tous Covoitureurs ! », programme de formation et de sensibilisation porté par l’acteur de co-voiturage Klaxit. « AcoTE », proposé par CertiNergy, l’ANPP (Association Nationale des Pôles Territoriaux et des Pays) et La Roue Verte, souhaite développer 100 lignes de covoiturage en trois ans dans des zones rurales. De son côté, « Ma Cycloentreprise » s’attache à promouvoir les déplacements en vélo auprès des microentreprises. « Mobiprox », lancé par la Fédération des professionnels de la micro-mobilité et l’association Prévention routière, s’intéresse aux trottinettes et veut améliorer le comportement de leurs utilisateurs.

« Éco_Mode », mis en place par Toulouse Métropole, souhaite soutenir les modes de déplacements peu consommateurs d’énergie fossile, grâce à la création d’un compte électronique individuel pour une mobilité décarbonée. Ce programme se donne pour objectif d’éviter 72 000 déplacements quotidiens en voiture dans l’agglomération d’ici 2021, soit de baisser de 2 points la part de la voiture individuelle. « Agremob », porté par Atlantech, veut quant à lui convaincre les entreprises et habitants de La Rochelle de changer de comportement avec la création d’un agrégateur territorial pour mesurer les consommations énergétiques. Huit programmes et autant d’outils pour développer des comportements plus durables, au sein de la société.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

Annoncé début septembre 2020, le plan France Relance doit permettre de préparer la France de 2030....

La Commission européenne doit dévoiler le 14 juillet une réforme permettant de répondre aux...

A compter du 30 juin 2021, les garanties d’origine françaises pourront être exportées pour être...