Posted: Updated:

A l’occasion des dernières « Assises de la Transition Energétique », l’ADEME a publié une mise à jour de son étude 2017 sur les « Coût des énergies renouvelables en France ». Quelles sont les évolutions observées en 2019 ? Le point sur les chiffres clés de cette étude.

Le constat de l’étude « Coûts des énergies renouvelables et de récupération en France » est clair : le coût de ces énergies poursuit sa baisse. De fait, les progrès technologiques et les économies d’échelle liées aux importants volumes installés impactent favorablement les coûts de production. Si bien que certaines filières d’EnR dites « matures » peuvent désormais rivaliser avec les technologies traditionnelles. Perspective encourageante : les coûts de production des installations EnR mises en service en 2050 devraient osciller entre 24 et 54€/MWh, soit un niveau très compétitif.

Compétitivité des EnR : des résultats encourageants

Selon l’étude, en 2018, « les coûts de production de l’éolien terrestre (50 à 71€/MWh) et des centrales photovoltaïques au sol (45 à 81€/MWh) sont compétitifs avec ceux d’une centrale à gaz à cycle combiné (50 à 66€/MWh) ». L’éolien en mer, si l’on ne compte pas encore de parcs en exploitation en France, devrait également se révéler intéressant au regard du tarif d’achat (44€/MWh) pratiqué en 2019 pour le parc éolien de Dunkerque. La production de chaleur, en récupérant la chaleur fatale dans l’industrie, (5 à 36€/MWh) ou à partir de biomasse, (26 à 76€/MWh) est également compétitive.

EnR : des filières encore en retrait

A l’inverse, les coûts relatifs à la petite hydroélectricité restent dépendants des caractéristiques des sites de production, ce qui explique une amplitude des coûts pour cette filière (entre 32 et 149€/MWh). Et de ce fait, une moindre compétitivité. La production d’électricité à partir de biogaz issu de la méthanisation présente elle aussi un coût restant élevé (131 à 167€/MWh). Dans tous les cas, l’étude de l’Ademe souligne l’importance des dispositifs de soutiens publics (complément de rémunération, tarifs d’achat) pour le développement des énergies renouvelables et la croissance de leur compétitivité.

© AdC – L’agence de contenu

Publications similaires

Dans le cadre de la publication des Futurs Energétiques 2050, le gestionnaire du réseau électrique...

L’installation dans la durée du conflit russo-ukrainien complique l’approvisionnement du continent...

Le gouvernement vient en aide aux entreprises. Avec un plan de résilience, il vise notamment à...

Posted: Updated:

A l’occasion des dernières « Assises de la Transition Energétique », l’ADEME a publié une mise à jour de son étude 2017 sur les « Coût des énergies renouvelables en France ». Quelles sont les évolutions observées en 2019 ? Le point sur les chiffres clés de cette étude.

Le constat de l’étude « Coûts des énergies renouvelables et de récupération en France » est clair : le coût de ces énergies poursuit sa baisse. De fait, les progrès technologiques et les économies d’échelle liées aux importants volumes installés impactent favorablement les coûts de production. Si bien que certaines filières d’EnR dites « matures » peuvent désormais rivaliser avec les technologies traditionnelles. Perspective encourageante : les coûts de production des installations EnR mises en service en 2050 devraient osciller entre 24 et 54€/MWh, soit un niveau très compétitif.

Compétitivité des EnR : des résultats encourageants

Selon l’étude, en 2018, « les coûts de production de l’éolien terrestre (50 à 71€/MWh) et des centrales photovoltaïques au sol (45 à 81€/MWh) sont compétitifs avec ceux d’une centrale à gaz à cycle combiné (50 à 66€/MWh) ». L’éolien en mer, si l’on ne compte pas encore de parcs en exploitation en France, devrait également se révéler intéressant au regard du tarif d’achat (44€/MWh) pratiqué en 2019 pour le parc éolien de Dunkerque. La production de chaleur, en récupérant la chaleur fatale dans l’industrie, (5 à 36€/MWh) ou à partir de biomasse, (26 à 76€/MWh) est également compétitive.

EnR : des filières encore en retrait

A l’inverse, les coûts relatifs à la petite hydroélectricité restent dépendants des caractéristiques des sites de production, ce qui explique une amplitude des coûts pour cette filière (entre 32 et 149€/MWh). Et de ce fait, une moindre compétitivité. La production d’électricité à partir de biogaz issu de la méthanisation présente elle aussi un coût restant élevé (131 à 167€/MWh). Dans tous les cas, l’étude de l’Ademe souligne l’importance des dispositifs de soutiens publics (complément de rémunération, tarifs d’achat) pour le développement des énergies renouvelables et la croissance de leur compétitivité.

© AdC – L’agence de contenu

Publications similaires

Dans le cadre de la publication des Futurs Energétiques 2050, le gestionnaire du réseau électrique...

L’installation dans la durée du conflit russo-ukrainien complique l’approvisionnement du continent...

Le gouvernement vient en aide aux entreprises. Avec un plan de résilience, il vise notamment à...