Posted: Updated:

Selon les chiffres publiés par RTE (Réseau de transport d’électricité) dans son dernier bilan, le mix électrique français voit ses émissions de CO2 baisser de 6 % en 2019. L’explication ? Une production électrique nucléaire en légère baisse, un recours réduit au charbon et une hausse des productions renouvelables. Décryptage en détail.

Une meilleure consommation électrique depuis 2010

Avec 473 TWh d’électricité consommés*en 2019, la France affiche une baisse de ses consommations électriques de 0,5 % en un an. Malgré une utilisation croissante d’appareils électriques, plusieurs facteurs peuvent expliquer cette légère diminution : une maîtrise des consommations d’électricité améliorée grâce à une meilleure performance énergétique des secteurs du bâtiment et des équipements, un ralentissement de la croissance économique et démographique, des mouvements sociaux qui ont paralysé partiellement le pays et réduit de facto les consommations.

A noter : Les consommations d’électricité, stables depuis 2010, se situent en 2019 à leur plus bas niveau depuis 10 ans.

La chute du charbon

Le bilan RTE 2019 indique une baisse générale de la production d’électricité de 2%. Dans le détail, la production nucléaire a chuté de 3,5% en raison de l’indisponibilité de certaines centrales en 2019. La hausse des prix du carbone a aussi eu pour conséquence une baisse drastique de 72% de la production thermique d’électricité à partir du charbon. Cette dégringolade profite au gaz, une énergie plus compétitive qui voit sa production augmentée de 24% en un an.

Plus d’électricité renouvelable injectée dans le réseau

Grâce à une année généreuse en vents et au développement du parc d’aérogénérateurs français, l’énergie éolienne marque une progression de 21%. L’énergie solaire tire également son épingle du jeu avec une progression de 7,8%, suivie par la bioénergie à 3,6 %. Selon RTE, la croissance des énergies vertes en 2019 permet à la France de réduire ses émissions polluantes de 6%, soit 5 millions de tonnes de CO2 en moins.

Source : Bilan RTE 2019

* Consommation électrique corrigée de l’aléa météorologique.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

Nicolas Craplet, directeur énergies, renouvelables et services chez GazelEnergie, dresse un bilan...

Chez GazelEnergie, nous avons la volonté d’accompagner les entreprises dans leur gestion...

La hausse de la part des énergies renouvelables (EnR) dans le mix énergétique français pour l’année...

Posted: Updated:

Selon les chiffres publiés par RTE (Réseau de transport d’électricité) dans son dernier bilan, le mix électrique français voit ses émissions de CO2 baisser de 6 % en 2019. L’explication ? Une production électrique nucléaire en légère baisse, un recours réduit au charbon et une hausse des productions renouvelables. Décryptage en détail.

Une meilleure consommation électrique depuis 2010

Avec 473 TWh d’électricité consommés*en 2019, la France affiche une baisse de ses consommations électriques de 0,5 % en un an. Malgré une utilisation croissante d’appareils électriques, plusieurs facteurs peuvent expliquer cette légère diminution : une maîtrise des consommations d’électricité améliorée grâce à une meilleure performance énergétique des secteurs du bâtiment et des équipements, un ralentissement de la croissance économique et démographique, des mouvements sociaux qui ont paralysé partiellement le pays et réduit de facto les consommations.

A noter : Les consommations d’électricité, stables depuis 2010, se situent en 2019 à leur plus bas niveau depuis 10 ans.

La chute du charbon

Le bilan RTE 2019 indique une baisse générale de la production d’électricité de 2%. Dans le détail, la production nucléaire a chuté de 3,5% en raison de l’indisponibilité de certaines centrales en 2019. La hausse des prix du carbone a aussi eu pour conséquence une baisse drastique de 72% de la production thermique d’électricité à partir du charbon. Cette dégringolade profite au gaz, une énergie plus compétitive qui voit sa production augmentée de 24% en un an.

Plus d’électricité renouvelable injectée dans le réseau

Grâce à une année généreuse en vents et au développement du parc d’aérogénérateurs français, l’énergie éolienne marque une progression de 21%. L’énergie solaire tire également son épingle du jeu avec une progression de 7,8%, suivie par la bioénergie à 3,6 %. Selon RTE, la croissance des énergies vertes en 2019 permet à la France de réduire ses émissions polluantes de 6%, soit 5 millions de tonnes de CO2 en moins.

Source : Bilan RTE 2019

* Consommation électrique corrigée de l’aléa météorologique.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

Nicolas Craplet, directeur énergies, renouvelables et services chez GazelEnergie, dresse un bilan...

Chez GazelEnergie, nous avons la volonté d’accompagner les entreprises dans leur gestion...

La hausse de la part des énergies renouvelables (EnR) dans le mix énergétique français pour l’année...