Posted: Updated:

Les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont impacté les habitudes de consommation d’électricité en France. Le point sur les évolutions observées par RTE au cours du printemps.

Le 16 mars dernier, Emmanuel Macron a annoncé le début du confinement en France afin de lutter contre la pandémie de COVID-19. Du 17 mars au 11 mai, un confinement strict a été observé par les particuliers mais également par de nombreuses entreprises. Il a été à l’origine d’un net ralentissement de l’activité économique dans le pays. RTE, gestionnaire du Réseau de Transport de l’Electricité, a communiqué les évolutions de consommation.

Baisse sensible et variation des rythmes

Selon RTE, la consommation d’électricité en France a baissée de 15 à 20 % par rapport aux consommations enregistrées habituellement en mars et avril. Le ralentissement de l’activité dans le secteur industriel, la fermeture des commerces non essentiels et les transports, également freinés, explique cette variation. L’horaire du pic de consommation s’est aussi décalé : établi à 8h habituellement, il a glissé vers 13h. Au-delà de la situation sanitaire, les températures particulièrement douces du printemps ont aussi contribué à cette baisse de consommation énergétique.

Système électrique et conséquences du confinement : le bilan

Tout au long du confinement et depuis le 11 mai, RTE a « maintenu l’équilibre entre production et consommation – en temps réel – afin d’assurer la continuité de l’alimentation électrique des Français. » Cette analyse constante a d’ailleurs permis de poursuivre les exportations d’électricité aux pays voisins à « un niveau élevé », sans risque pour la sécurité d’approvisionnement nationale. Selon le gestionnaire du réseau, la réduction de l’activité économique pourrait néanmoins impacter, sur plusieurs mois, le rythme d’installation des énergies renouvelables ainsi que « le positionnement et la durée des arrêts pour maintenance des réacteurs nucléaires ». Les prochaines études saisonnières de RTE permettront d’affiner ces estimations et de dresser le bilan de cette période de confinement national.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

La hausse de la part des énergies renouvelables (EnR) dans le mix énergétique français pour l’année...

Première source d’énergie renouvelable en France, le bois représente un choix pertinent pour...

Selon le Panorama de l’électricité renouvelable, les filières renouvelables (EnR) ont produit en...

Posted: Updated:

Les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont impacté les habitudes de consommation d’électricité en France. Le point sur les évolutions observées par RTE au cours du printemps.

Le 16 mars dernier, Emmanuel Macron a annoncé le début du confinement en France afin de lutter contre la pandémie de COVID-19. Du 17 mars au 11 mai, un confinement strict a été observé par les particuliers mais également par de nombreuses entreprises. Il a été à l’origine d’un net ralentissement de l’activité économique dans le pays. RTE, gestionnaire du Réseau de Transport de l’Electricité, a communiqué les évolutions de consommation.

Baisse sensible et variation des rythmes

Selon RTE, la consommation d’électricité en France a baissée de 15 à 20 % par rapport aux consommations enregistrées habituellement en mars et avril. Le ralentissement de l’activité dans le secteur industriel, la fermeture des commerces non essentiels et les transports, également freinés, explique cette variation. L’horaire du pic de consommation s’est aussi décalé : établi à 8h habituellement, il a glissé vers 13h. Au-delà de la situation sanitaire, les températures particulièrement douces du printemps ont aussi contribué à cette baisse de consommation énergétique.

Système électrique et conséquences du confinement : le bilan

Tout au long du confinement et depuis le 11 mai, RTE a « maintenu l’équilibre entre production et consommation – en temps réel – afin d’assurer la continuité de l’alimentation électrique des Français. » Cette analyse constante a d’ailleurs permis de poursuivre les exportations d’électricité aux pays voisins à « un niveau élevé », sans risque pour la sécurité d’approvisionnement nationale. Selon le gestionnaire du réseau, la réduction de l’activité économique pourrait néanmoins impacter, sur plusieurs mois, le rythme d’installation des énergies renouvelables ainsi que « le positionnement et la durée des arrêts pour maintenance des réacteurs nucléaires ». Les prochaines études saisonnières de RTE permettront d’affiner ces estimations et de dresser le bilan de cette période de confinement national.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

La hausse de la part des énergies renouvelables (EnR) dans le mix énergétique français pour l’année...

Première source d’énergie renouvelable en France, le bois représente un choix pertinent pour...

Selon le Panorama de l’électricité renouvelable, les filières renouvelables (EnR) ont produit en...