Posted: Updated:

L’actuelle hausse des prix de l’électricité en Europe contraint les gouvernements à envisager des mesures d’urgence pour éviter la panique sociale. Le point sur les prix et les mesures adoptées.

EPEX et Nord Pool : flambée des prix de l’électricité

Aucun des pays européens n’échappe actuellement à l’emballement des prix de l’électricité.  Selon les données de RTE, l’opérateur du réseau de transport d’électricité français, les prix spots sur les deux principales bourses européennes (EPEX et Nord Pool) ont quasiment doublé depuis juillet, dépassant même les 200 euros par MWh en Belgique, aux Pays-Bas ou en Italie tandis que le Royaume-Uni enregistrait des pointes à 420 livres. En France, le mégawattheure (MWh) s’achetait mi-septembre plus de 110 euros sur le marché à terme, avec un pic à 197 euros enregistré le mercredi 15 septembre. En début d’année, on pouvait encore acheter un mégawattheure aux alentours de 45 euros.

Pourquoi une telle hausse des prix de l’électricité ?

Cette envolée des prix de l’électricité s’explique par l’emballement des prix du gaz depuis le printemps dernier, date à laquelle les stocks ont commencé à descendre au-dessous de la moyenne pré-pandémique. Parallèlement, la Russie et la Norvège, qui constituent les deux principaux fournisseurs du marché européen, ont été frappés par une série d’incidents à l’image de l’incendie dans une usine de condensats de gaz de Gazprom en Sibérie occidentale début août. Conséquence : des livraisons plus faibles qu’attendues.

Les importateurs européens se sont alors tournés vers le marché du gaz naturel liquéfié (GNL) pour compenser. Or, ils ont dû faire face à la concurrence des clients asiatiques qui s’arrachent les cargaisons de GNL. Dans un contexte où les réserves ont du mal à se reconstituer, la crainte de pénuries en cas d’hiver froid se dessine.

A cela s’ajoute les vents faibles qui ont réduit la production d’électricité des parcs éoliens au cours de ces dernières semaines. Or, près d’un dixième de la production d’électricité en Europe est générée par de l’éolien. Dans certains pays comme l’Allemagne et la Grande-Bretagne, c’est deux fois plus. Le manque de vent a aussi contraint les producteurs à faire fonctionner plus longtemps les centrales à gaz.

Hausse des prix de l’électricité : les gouvernements européens prennent des mesures

Les gouvernements européens craignent que l’augmentation de la facture énergétique n’alimente l’inflation et crée un important mécontentement social. En Espagne, où la moitié des foyers ont souscrit à un contrat de fourniture dont le prix du kWh est fixé librement par les fournisseurs, le sujet a provoqué une véritable crise politique. Le gouvernement de Pedro Sanchez y a répondu en prenant plusieurs mesures d’urgence dont la ponction des « surprofits » des compagnies de gaz et d’électricité et l’utilisation du levier fiscal. En Italie, le gouvernement de Mario Draghi envisage de revoir le mode de calcul de la facture énergétique alors qu’il craint une hausse de 40 % des prix de détail de l’électricité au cours du prochain trimestre. En France, le gouvernement a annoncé l’augmentation du chèque énergie 2021, le gel des tarifs régulés et une baisse de la TICFE pour les ménages. A ce stade rien n’est encore prévu pour l’industrie.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

Annoncé début septembre 2020, le plan France Relance doit permettre de préparer la France de 2030....

La Commission européenne doit dévoiler le 14 juillet une réforme permettant de répondre aux...

A compter du 30 juin 2021, les garanties d’origine françaises pourront être exportées pour être...

Posted: Updated:

L’actuelle hausse des prix de l’électricité en Europe contraint les gouvernements à envisager des mesures d’urgence pour éviter la panique sociale. Le point sur les prix et les mesures adoptées.

EPEX et Nord Pool : flambée des prix de l’électricité

Aucun des pays européens n’échappe actuellement à l’emballement des prix de l’électricité.  Selon les données de RTE, l’opérateur du réseau de transport d’électricité français, les prix spots sur les deux principales bourses européennes (EPEX et Nord Pool) ont quasiment doublé depuis juillet, dépassant même les 200 euros par MWh en Belgique, aux Pays-Bas ou en Italie tandis que le Royaume-Uni enregistrait des pointes à 420 livres. En France, le mégawattheure (MWh) s’achetait mi-septembre plus de 110 euros sur le marché à terme, avec un pic à 197 euros enregistré le mercredi 15 septembre. En début d’année, on pouvait encore acheter un mégawattheure aux alentours de 45 euros.

Pourquoi une telle hausse des prix de l’électricité ?

Cette envolée des prix de l’électricité s’explique par l’emballement des prix du gaz depuis le printemps dernier, date à laquelle les stocks ont commencé à descendre au-dessous de la moyenne pré-pandémique. Parallèlement, la Russie et la Norvège, qui constituent les deux principaux fournisseurs du marché européen, ont été frappés par une série d’incidents à l’image de l’incendie dans une usine de condensats de gaz de Gazprom en Sibérie occidentale début août. Conséquence : des livraisons plus faibles qu’attendues.

Les importateurs européens se sont alors tournés vers le marché du gaz naturel liquéfié (GNL) pour compenser. Or, ils ont dû faire face à la concurrence des clients asiatiques qui s’arrachent les cargaisons de GNL. Dans un contexte où les réserves ont du mal à se reconstituer, la crainte de pénuries en cas d’hiver froid se dessine.

A cela s’ajoute les vents faibles qui ont réduit la production d’électricité des parcs éoliens au cours de ces dernières semaines. Or, près d’un dixième de la production d’électricité en Europe est générée par de l’éolien. Dans certains pays comme l’Allemagne et la Grande-Bretagne, c’est deux fois plus. Le manque de vent a aussi contraint les producteurs à faire fonctionner plus longtemps les centrales à gaz.

Hausse des prix de l’électricité : les gouvernements européens prennent des mesures

Les gouvernements européens craignent que l’augmentation de la facture énergétique n’alimente l’inflation et crée un important mécontentement social. En Espagne, où la moitié des foyers ont souscrit à un contrat de fourniture dont le prix du kWh est fixé librement par les fournisseurs, le sujet a provoqué une véritable crise politique. Le gouvernement de Pedro Sanchez y a répondu en prenant plusieurs mesures d’urgence dont la ponction des « surprofits » des compagnies de gaz et d’électricité et l’utilisation du levier fiscal. En Italie, le gouvernement de Mario Draghi envisage de revoir le mode de calcul de la facture énergétique alors qu’il craint une hausse de 40 % des prix de détail de l’électricité au cours du prochain trimestre. En France, le gouvernement a annoncé l’augmentation du chèque énergie 2021, le gel des tarifs régulés et une baisse de la TICFE pour les ménages. A ce stade rien n’est encore prévu pour l’industrie.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

Annoncé début septembre 2020, le plan France Relance doit permettre de préparer la France de 2030....

La Commission européenne doit dévoiler le 14 juillet une réforme permettant de répondre aux...

A compter du 30 juin 2021, les garanties d’origine françaises pourront être exportées pour être...