Posted: Updated:

Dans le cadre de la publication des Futurs Energétiques 2050, le gestionnaire du réseau électrique RTE a présenté différents scénarios fin octobre. Tous s’appuient sur une augmentation de la consommation électrique.

Dans le cadre de ses missions et en réponse à une saisine du gouvernement, le gestionnaire du réseau électrique français RTE a lancé une vaste étude en 2019 sur l’évolution du système électrique intitulée « Futurs énergétiques 2050 ». Ce travail intervient à un moment clé du débat public sur l’énergie et le climat, au cours duquel se dessinent les stratégies pour sortir des énergies fossiles, atteindre la neutralité carbone en 2050 et ainsi respecter les objectifs de l’Accord de Paris. Fin octobre, le RTE a présenté différents scénarios. Et tous pointent vers une augmentation de la consommation d’énergie électrique.

A l’heure actuelle, indique le rapport, l’utilisation de l’électricité reste marginale dans le secteur des transports (2% contre 91 % pour les énergies fossiles), minoritaire pour le chauffage des bâtiments et plus proche de l’équité dans l’industrie. Mais les orientations actuelles prises par la France, (Stratégie Nationale Bas-Carbone, plan hydrogène ou politiques sectorielles) conduisent à une perspective de hausse modérée de la consommation d’électricité. Elle serait de 35 % en 30 ans, selon la trajectoire de référence, qui est l’un des scénarios élaborés par le RTE.  La consommation électrique atteindrait alors 645 TWh en 2050, comparé à environ 475 TWh en 2020.

Consommation d’électricité : augmentation des usages

Cette augmentation de la consommation électrique proviendrait d’une augmentation massive des usages dans de nombreux secteurs, tout particulièrement dans ceux où l’électricité est peu présente aujourd’hui comme les transports ou encore la production d’hydrogène. Dans une hypothèse de sobriété, la consommation électrique serait contenue à 555 TWh tandis que les anticipations sont de 752 TWh en cas de réindustrialisation profonde, selon le RTE. Quelle que soit l’hypothèse de référence, la consommation serait orientée à la hausse, allant de +15 % – dans le cas d’un scénario de sobriété – à +60 % en cas de réindustrialisation. Conclusion des prévisions RTE : « le système électrique français devra donc se mettre en situation de soutenir une augmentation de la demande électrique très probable dès lors que s’engagent les transformations nécessaires à la neutralité carbone, et, ce même dans le cas où des gains importants sur l’efficacité énergétique et la sobriété sont au rendez-vous”.

© AdC – L’Agence de Contenu

 

Publications similaires

L’installation dans la durée du conflit russo-ukrainien complique l’approvisionnement du continent...

Le gouvernement vient en aide aux entreprises. Avec un plan de résilience, il vise notamment à...

Le déséquilibre entre l’offre et la demande de CEE provoque une baisse drastique des cours de ces...

Posted: Updated:

Dans le cadre de la publication des Futurs Energétiques 2050, le gestionnaire du réseau électrique RTE a présenté différents scénarios fin octobre. Tous s’appuient sur une augmentation de la consommation électrique.

Dans le cadre de ses missions et en réponse à une saisine du gouvernement, le gestionnaire du réseau électrique français RTE a lancé une vaste étude en 2019 sur l’évolution du système électrique intitulée « Futurs énergétiques 2050 ». Ce travail intervient à un moment clé du débat public sur l’énergie et le climat, au cours duquel se dessinent les stratégies pour sortir des énergies fossiles, atteindre la neutralité carbone en 2050 et ainsi respecter les objectifs de l’Accord de Paris. Fin octobre, le RTE a présenté différents scénarios. Et tous pointent vers une augmentation de la consommation d’énergie électrique.

A l’heure actuelle, indique le rapport, l’utilisation de l’électricité reste marginale dans le secteur des transports (2% contre 91 % pour les énergies fossiles), minoritaire pour le chauffage des bâtiments et plus proche de l’équité dans l’industrie. Mais les orientations actuelles prises par la France, (Stratégie Nationale Bas-Carbone, plan hydrogène ou politiques sectorielles) conduisent à une perspective de hausse modérée de la consommation d’électricité. Elle serait de 35 % en 30 ans, selon la trajectoire de référence, qui est l’un des scénarios élaborés par le RTE.  La consommation électrique atteindrait alors 645 TWh en 2050, comparé à environ 475 TWh en 2020.

Consommation d’électricité : augmentation des usages

Cette augmentation de la consommation électrique proviendrait d’une augmentation massive des usages dans de nombreux secteurs, tout particulièrement dans ceux où l’électricité est peu présente aujourd’hui comme les transports ou encore la production d’hydrogène. Dans une hypothèse de sobriété, la consommation électrique serait contenue à 555 TWh tandis que les anticipations sont de 752 TWh en cas de réindustrialisation profonde, selon le RTE. Quelle que soit l’hypothèse de référence, la consommation serait orientée à la hausse, allant de +15 % – dans le cas d’un scénario de sobriété – à +60 % en cas de réindustrialisation. Conclusion des prévisions RTE : « le système électrique français devra donc se mettre en situation de soutenir une augmentation de la demande électrique très probable dès lors que s’engagent les transformations nécessaires à la neutralité carbone, et, ce même dans le cas où des gains importants sur l’efficacité énergétique et la sobriété sont au rendez-vous”.

© AdC – L’Agence de Contenu

 

Publications similaires

L’installation dans la durée du conflit russo-ukrainien complique l’approvisionnement du continent...

Le gouvernement vient en aide aux entreprises. Avec un plan de résilience, il vise notamment à...

Le déséquilibre entre l’offre et la demande de CEE provoque une baisse drastique des cours de ces...