Posted: Updated:

Alors que de nombreux pays européens ont mis en place des mesures de confinement, les échanges d’électricité ont continué à travers le continent pour garantir l’alimentation électrique de toutes les populations. Retour sur la coopération du réseau électrique européen et les projets développés actuellement par RTE.

Se donner les moyens au niveau européen de créer une solidarité électrique revêt de nombreux atouts, notamment pour l’injection d’énergies renouvelables dans nos réseaux. Passant d’une logique nationale à un réflexion européenne, les pays se sont fédérés progressivement autour d’une politique énergétique commune. L’objectif à moyen terme ? Chaque État membre de l’UE doit pouvoir augmenter ses imports pour atteindre 15 % de sa capacité installée en 2030.

Quels sont les bénéfices des interconnexions électriques ?

On compte désormais plus de 400 lignes transfrontalières qui solidifient la complémentarité énergétique de plus d’une trentaine de pays. C’est le réseau le plus important au monde. Trois bénéfices principaux sont à relever : pouvoir échanger de l’énergie entre pays et garantir la sécurité des approvisionnements d’un bout à l’autre de l’Europe, jouer sur la complémentarité des productions de chaque pays, et enfin agir en faveur de la transition énergétique en élargissant les débouchés de la production d’énergies vertes.

De nouveaux projets d’interconnexion électriquee

Par sa position géographique centrale en Europe mais aussi en qualité de 1er pays exportateur d’électricité et pionnier dans le couplage des marchés, la France tient un rôle majeur dans la solidarité électrique européenne. De nouveaux projets d’interconnexion sont mis en œuvre par RTE pour faciliter les échanges avec 4 pays. Le premier est l’Espagne : une nouvelle ligne sous-marine entre l’Aquitaine et le Pays basque espagnole accompagnée de deux interconnections dans l’ouest des Pyrénées vont permettre d’atteindre une capacité d’échange estimée à 5200 MW.

Porté par RTE et EirGrid, le projet Celtic de solidarité électrique entre la France et l’Irlande viset une capacité de 700 MW, soit l’équivalent de la consommation de 450 000 foyers. L’interconnexion entre la Bretagne et la région de Cork en Irlande doit être mise en service en 2026.

Entre la France et l’Italie, la ligne Savoie-Piémont est qualifiée d’exceptionnelle, relevant des défis sur tous les plans : technologie, longueur et puissance. Arrivée à ses dernières étapes de construction, la ligne souterraine deviendra bientôt l’interconnexion la plus longue du monde avec 190 km de liaison entre Grande-Île et Piossasco près de Turin.

Enfin, ce ne sont pas moins de cinq projets de lignes transfrontalières qui sont actuellement menés avec le Royaume-Uni pour atteindre un total de 6,8 GW d’électricité échangée. Le Brexit est encore récent mais il ne manquera pas d’avoir un impact sur ces liaisons. Retards ou remises en question… Ces points restent encore à préciser. Au niveau national, ces projets de solidarité électrique, qu’ils soient en cours ou à venir, répondent à cet objectif ambitieux de doubler la capacité d’échange de la France pour atteindre une trentaine de gigawatts à l’horizon 2035.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

L’actuelle hausse des prix de l’électricité en Europe contraint les gouvernements à envisager des...

Annoncé début septembre 2020, le plan France Relance doit permettre de préparer la France de 2030....

La Commission européenne doit dévoiler le 14 juillet une réforme permettant de répondre aux...

Posted: Updated:

Alors que de nombreux pays européens ont mis en place des mesures de confinement, les échanges d’électricité ont continué à travers le continent pour garantir l’alimentation électrique de toutes les populations. Retour sur la coopération du réseau électrique européen et les projets développés actuellement par RTE.

Se donner les moyens au niveau européen de créer une solidarité électrique revêt de nombreux atouts, notamment pour l’injection d’énergies renouvelables dans nos réseaux. Passant d’une logique nationale à un réflexion européenne, les pays se sont fédérés progressivement autour d’une politique énergétique commune. L’objectif à moyen terme ? Chaque État membre de l’UE doit pouvoir augmenter ses imports pour atteindre 15 % de sa capacité installée en 2030.

Quels sont les bénéfices des interconnexions électriques ?

On compte désormais plus de 400 lignes transfrontalières qui solidifient la complémentarité énergétique de plus d’une trentaine de pays. C’est le réseau le plus important au monde. Trois bénéfices principaux sont à relever : pouvoir échanger de l’énergie entre pays et garantir la sécurité des approvisionnements d’un bout à l’autre de l’Europe, jouer sur la complémentarité des productions de chaque pays, et enfin agir en faveur de la transition énergétique en élargissant les débouchés de la production d’énergies vertes.

De nouveaux projets d’interconnexion électriquee

Par sa position géographique centrale en Europe mais aussi en qualité de 1er pays exportateur d’électricité et pionnier dans le couplage des marchés, la France tient un rôle majeur dans la solidarité électrique européenne. De nouveaux projets d’interconnexion sont mis en œuvre par RTE pour faciliter les échanges avec 4 pays. Le premier est l’Espagne : une nouvelle ligne sous-marine entre l’Aquitaine et le Pays basque espagnole accompagnée de deux interconnections dans l’ouest des Pyrénées vont permettre d’atteindre une capacité d’échange estimée à 5200 MW.

Porté par RTE et EirGrid, le projet Celtic de solidarité électrique entre la France et l’Irlande viset une capacité de 700 MW, soit l’équivalent de la consommation de 450 000 foyers. L’interconnexion entre la Bretagne et la région de Cork en Irlande doit être mise en service en 2026.

Entre la France et l’Italie, la ligne Savoie-Piémont est qualifiée d’exceptionnelle, relevant des défis sur tous les plans : technologie, longueur et puissance. Arrivée à ses dernières étapes de construction, la ligne souterraine deviendra bientôt l’interconnexion la plus longue du monde avec 190 km de liaison entre Grande-Île et Piossasco près de Turin.

Enfin, ce ne sont pas moins de cinq projets de lignes transfrontalières qui sont actuellement menés avec le Royaume-Uni pour atteindre un total de 6,8 GW d’électricité échangée. Le Brexit est encore récent mais il ne manquera pas d’avoir un impact sur ces liaisons. Retards ou remises en question… Ces points restent encore à préciser. Au niveau national, ces projets de solidarité électrique, qu’ils soient en cours ou à venir, répondent à cet objectif ambitieux de doubler la capacité d’échange de la France pour atteindre une trentaine de gigawatts à l’horizon 2035.

© AdC – L’Agence de Contenu

Publications similaires

L’actuelle hausse des prix de l’électricité en Europe contraint les gouvernements à envisager des...

Annoncé début septembre 2020, le plan France Relance doit permettre de préparer la France de 2030....

La Commission européenne doit dévoiler le 14 juillet une réforme permettant de répondre aux...